From MDGs to SDGs: the new development objectives (EN & FR)

Scroll down to read a French translation of this post by Adèle Hoarau.

On Friday 25 September 2015, the Millennium Development Goals (MDGs) gave way to the Sustainable Development Goals (SDGs) at the UN Sustainable Development Summit.

The MDGs were the outcome of the Millennium Summit in 2000 –  eight goals focusing on poverty eradication, with a deadline of 2015. They were SMART goals on a global scale: specific, measurable, achievable, results-focused, and time-bound. Most of these goals have been met, helping to lift more than one billion people out of extreme poverty.

The full 2015 UN report on the MDGs is available here.

The Post-2015 agenda started at the Rio+20 conference in June 2012, where member states agreed to develop sustainable development goals. A 30-member Open Working Group then came up with a draft agenda, presented to the UN General Assembly in September 2014. A new system meant that most of the seats in the Working Group were shared by several countries so 70 countries were represented overall.

For the first time, the UN set up consultations to talk to people across the world about development. This included 83 national dialogues, 11 thematic dialogues, and an online global survey, MY World, allowing individuals to express which issues mattered the most to them. These findings were then relayed back to the Working Group and the final goals were ready in August this year.

This time, the goals are even more ambitious but less SMART. With 17 goals and 169 ‘sub-targets’, the SDGs are no longer as concise as the original goals.

We decided to go with 17 goals and 169 targets...I know many of you wanted less and some of you wanted more...So we decided to go right in the middle, that way nobody is happy.

Goal 1, which used to be Eradicate extreme hunger and poverty, is now End poverty in all its forms everywhere.

Goal 2, previously Achieve universal primary education, is now Goal 4: Ensure inclusive and equitable quality education and promote lifelong learning opportunities for all.

And so on.

The word ‘all’ is used in 8 of the 17 goals, emphasising their broader, universal scope. It is also a reflection of the collaborative approach to developing the SDGs, as opposed to the first time round, described as an ‘unanticipated nucleic fusion‘ by Lord Mark Malloch-Brown. Lord Malloch-Brown was part of a small team that devised the Millenium Development Goals in a process of ‘relative casualness’.

Read David Hulme’s account of the MDG development process, ‘The Millennium Development Goals (MDGs): A Short History of the World’s Biggest Promise’ here.

The result of the inclusive development process is that the SDGs cover more ground than their predecessors. They recognise the need for lasting solutions. Providing food to the hungry must go hand in hand with food security and sustainable agriculture. This in turn improves nutrition and prevents disease. Poverty is multifaceted and the SDGs seek to address that.

Including everyone in the process also means that both North and South have a stake in the SDGs. While poverty elimination is vital in the South, gender equality and environmental protection are issues that must be dealt with everywhere.

The MDGs were arguably made at a more optimistic time. This September, the Sustainable Development Goals quietly made their debut, overshadowed by the Syrian crisis. We can only hope the SDGs will help to create a world that looks more peaceful than it does today.

*

Des OMD aux ODD: les nouveaux objectifs de développement.

 Le vendredi 25 Septembre 2015, à l’occasion du sommet de l’ONU sur le développement durable, les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) ont cédé la place aux Objectifs de développement durable (ODD).

Les OMD étaient le résultat du Sommet du Millénaire en 2000 : 8 objectifs centrés sur l’éradication de la pauvreté, avec une échéance de 2015. Ces objectifs peuvent être qualifiés de SMART sur une échelle globale : Spécifiques, Mesurables, Acceptables, Réalistes et Temporellement définis. La plupart de ces objectifs ont été atteints, permettant à plus d’un milliard de personnes de sortir de la pauvreté extrême.

Le rapport complet de l’ONU sur les OMD est disponible ici.

L’agenda post-2015 a débuté lors de la conférence Rio+20 en juin 2012 durant laquelle les Etats Membres ont convenu d’élaborer des objectifs de développement durable. Un Groupe de travail ouvert de 10 membres a établi une ébauche de l’agenda, présentée à l’Assemblée générale de l’ONU en septembre 2014. Un nouveau système signifie que la plupart des sièges dans le Groupe de travail sont partagés par plusieurs pays afin que 70 états soient représentés.

Pour la première fois, l’ONU a mis en place des consultations afin de discuter du développement avec des personnes du monde entier. Ces consultations incluent 83 dialogues nationaux, 11 dialogues thématiques ainsi qu’un sondage en ligne mondial (MY World) permettant aux individus d’exprimer leurs opinions sur  les questions qu’ils considèrent les plus importantes. Ces résultats ont ensuite été transmis au Groupe de travail et les objectifs ont été finalisés en août cette année.

Cette fois, les objectifs sont plus ambitieux mais moins SMART. Avec 17 objectifs et 169 ”sous-objectifs”, les ODD ne sont plus aussi concis que les objectifs d’origine.

We decided to go with 17 goals and 169 targets...I know many of you wanted less and some of you wanted more...So we decided to go right in the middle, that way nobody is happy.
Nous avons décidé d’élaborer 17 objectifs et 169 cibles. Je sais que beaucoup d’entre vous en vouliez moins et quelques-uns en voulaient plus. Donc nous avons décidé de couper la poire en deux pour que personne ne soit satisfait.

L’Objectif 1 était de Réduire l’extrême pauvreté et la faim, il est désormais d’Eliminer la pauvreté sous toutes ses formes et partout dans le monde.

L’Objectif 2, auparavant Assurer à tous l’éducation primaire est désormais la cible 4, Garantir une éducation de qualité et des possibilités d’apprentissage tout au long de la vie pour tous.

Et ainsi de suite.

Le mot ”tous” est utilisé dans 8 des 17 objectifs, insistant sur leur dimension générale et universelle. Il reflète également une réflexion de l’approche collective du développement des ODD, contrairement à la première approche, décrite par Lord Mark Malloch-Brown comme une ”fusion nucléique inattendue”. Lord Malloch-Brown faisait partie d’une équipe chargée de l’élaboration des Objectifs du millénaire pour le développement dans un processus de ”désinvolture relative”.

Vous trouverez ici un récit en anglais de David Hulme sur le processus de développement des OMD ”The Millennium Development Goals (MDGs): A Short History of the World’s Biggest Promise”.

En raison du processus de développement ouvert, les ODD doivent aborder plus de domaines que leurs prédécesseurs. Ils reconnaissent le besoin de solutions à long terme. Fournir de la nourriture à ceux qui ont faim doit aller de paire avec la sécurité alimentaire et l’agriculture durable. Cela conduit à améliorer la nutrition et empêcher les maladies. La pauvreté est à plusieurs facettes et les ODD ont pour but de traiter cette question.

Inclure tout le monde dans le processus signifie aussi que le Nord et le Sud ont un intérêt à défendre dans les ODD. Alors que l’élimination de la pauvreté est une priorité dans le Sud, l’égalité hommes-femmes et la protection de l’environnement sont des questions qui doivent être traitées partout.

Les OMD ont probablement été élaborés dans une période plus optimiste. En septembre, les Objectifs de développement durables ont doucement fait leurs débuts, éclipsés par la crise en Syrie. Il ne reste plus qu’à espérer que les ODD contribueront à créer un monde plus paisible qu’il ne l’est aujourd’hui.

*

Adèle Hoarau is an English > French translator and interpreter. Now based in London, she is originally from Reunion Island (where incidentally I spent my year abroad). She’s now freelancing after a year working as a translator for a luxury goods company. 

Adèle Hoarau est une interprète et une traductrice Anglais > Français. Désormais basée à Londres, elle est originaire de l’île de la Réunion (où j’ai accessoirement passée mon année à l’étranger). Elle travaille maintenant à son compte après une année passée dans une entreprise spécialisée dans les produits de luxe. 

Advertisements